"émondé" au fil de la vie...

Publié le par bongo

 

La vie est, au fond, un long et passionnant éveil, une mise au monde permanente de nous-mêmes. Parce qu'on remet sans cesse l'ouvrage sur le métier : on naît et on fait naître successivement l'enfant, l'adolescent, l'adulte, l'homme ou la femme mûrs, puis le sage en nous...

L'image de la vie comme oeuvre s'est ainsi imposée à nous. Une vie pleinement vécue jusqu'à son terme, travaillée, mûrie, ciselée par les pertes et les lâcher prise, traversée du souffle de la vie intérieure, est comparable à une oeuvre d'art. Dans l'élaboration de cette oeuvre, tout compte, la fin comme le commencement. Et chaque étape nous invite à mûrir encore, à descendre dans les profondeurs de notre être, et à devenir de plus en plus conscients.


Extrait de Une vie pour se mettre au monde, par Marie de Hennezel et Bertrand Vergely


Publié dans philo

Commenter cet article

Jackie 09/06/2010 08:08


Merci pour ce partage.
Belle journée
Jackie


bongo 17/09/2010 08:20



Bonjour Jackie,


je vais bientôt rattraper mon retard de visite !!


merci pour la tienne et bonne journée :-)



Nénette 23/05/2010 10:44


J'ai acheté ce livre très récemment, cet extrait me donne envie de l'approfondir...


bongo 24/05/2010 10:09



Oui, je continue ma lexture : et pour l'instant c'est toujours aussi riche... :-)



Le pèlerin 23/05/2010 09:55


Oui, l'homme est un être inachevé et pourtant appelé à collaborer à son achèvement. Travail jamais achevé, toujours en cours, toujours à poursuivre dans un effort permanent et conscient.
Pour le psychologue, il faut que l'enfant disparaisse dans l'adulte. Pour le chrétien, un part de l'enfance doit subsister dans l'adulte, celle par laquelle il se reconnait dépendant de l'amour du
Père qui continue à l'engendrer et à le faire grandir.


bongo 24/05/2010 10:10



merci de dire et compléter si justement...


Bonne journée François



Valérie Martin 22/05/2010 16:55


Superbe passage. J'aimerais bien en savoir un peu plus sur ce bouquin et ses auteurs. Il me fait revenir en mémoire un extrait d'un livre lu récemment et qui donnait une définition du bonheur à
laquelle j'adhère, je vous la livre:"(...) les gens (...) ont tendance à penser que le bonheur est un coup de chance, un état qui leur tombera peut-être dessus sans crier gare, comme le beau temps.
Mais le bonheur ne marche pas ainsi. Il est la conséquence d'un effort personnel. On se bat, on lutte pour le trouver, on le traque et même parfois jusqu'au bout du monde. Chacun doit s'activer
pour faire advenir les manifestations de sa grâce. Et une fois qu'on atteint cet état de bonheur, on doit le faire perdurer sans jamais céder à la négligence, on doit fournir un formidable effort
et nager sans relâche dans ce bonheur, toujours plus haut, pour flotter sur ses crêtes. Sinon, ce contentement acquis s'échappera de vous à goutte à goutte. C'est assez facile de prier dans un
moment de détresse, mais continuer à prier même quand la crise est passée,c'est comme vouloir sceller votre acquis à se cramponner aux bienfaits qu'il a conquis." (Elisabeth Gilbert , Mange, prie,
aime)


bongo 22/05/2010 21:32



Merci, Valérie, pour ce long extrait qui vient bien compléter la réflexion !!


Bon long week end !!! :-)


bises