se ressaisir...

Publié le par bongo



Me voici de retour après un temps de silence dont je ne suis pas bien fière...

Ces 10 premiers jours de la nouvelle année n'ont pas été toujours très satisfaisants... j'ai vu souvent tout en gris, au propre comme au figuré... petite rechute, manque d'allant, de conviction, de volonté, d'espérance...
J'ai vécu un petit déchaînement de tous les démons qui peuvent nous habiter au quotidien : maladresse envers les autres, sens de l'effort sur soi aux oubliettes, susceptibilité, impatience et énervement, paresse... repli sur soi, complaisance à voir tout et tous en noir, découragement et sensation d'être débordée devant les évènements et les obligations (au demeurant pas plus compliquées que d'habitude).
Tout cela venant se heurter "allègrement" - mais bien sans joie - aux fatigues, surcharges et incompréhensions des "autres"... en une belle escalade.

Tout est allé un peu de travers... jusqu'au tambour de la machine à laver, qui a rendu l'âme, en apothéose, ce week-end !!

Bref une nette sensation de nullité la plupart du temps !
Avec néanmoins quelques jolis moments quand même :-)
Nous sommes de la terre et du ciel...

Bon... Alors... Alors ?
Alors, ça a duré 10 jours, mais maintenant ça suffit !
Je considère que c'était comme une sorte de "répétition générale" où j'ai accumulé toutes les erreurs à essayer de ne plus reproduire.
Et je repars pour le "beau jeu de la vie", de tâtonnement en tâtonnement, pas à pas :-)

Je me redis ce que j'avais posté en juillet : "même un chemin de mille lieues commence par un pas".

Et je vais enfin vous répondre ; j'ai tant de mercis à vous dire, notamment pour tous les messages que vous m'avez laissés  !!
Alors, à bientôt :-)


Commenter cet article

Didier -esprit de fée- M.D et Liza. 30/01/2010 14:26


The show must go on alors
bon week end et bisous
Didier tendresse


bongo 30/01/2010 17:16


merci :-)


Renée 17/01/2010 14:30


Bongo, quel jolie analyse de soi et de courage pour reconanitre ce qui ne va pas l'analiser et le corriger!Chapeau et tu dis que ça n'allait pas, cela démontre au contraire quelqu'un de très très
sain. Et des coup de gueule de cafard c'est normal, tout rose tout les jours ne le serait pas.
Très jolie citations plus haut aussi.
Amicales bises


bongo 20/01/2010 23:03


Merci pour ton commentaire et ta visite :-)
Il faut que je rattrape mon retrd "chez toi" :-)
Bonne soirée Renée


nathalie1962 14/01/2010 22:40


On a tous , je pense, ce genre de période où tout nous semble lourd et triste. Je m'efforce dans ce cas là de faire le point sur les faits réels afin de mettre fin à mes idées noires.
Bonne soirée Bongo, bises


bongo 14/01/2010 22:48


Merci Nathalie
Bonne soirée
et bises :-)


Arc-en-ciel 14/01/2010 18:05


Bonjour,

Nous avons tous nos petits moments de flottement. Si nous ne les avions pas, comment pourrions-nous apprécier les autres moments, les moments de sérénité, les sensations de force intérieure que
rien ne peut abattre ?

C'est une grande qualité de savoir reconnaître ses erreurs et ses manquements, et c'est le meilleur moyen de repartir du bon pied.

Bonne fin de journée.

Amicalement,

Arc-en-ciel


bongo 14/01/2010 19:40


Tu as bien raison,
c'est comme cela que l'on prend conscience des choses : par comparaison :-)
Bonne soirée Arc-en-ciel :-)


tiphaine 14/01/2010 08:59


Etonnante coïncidence : je reçois ça par mail ...
Un jour, l'âne d'un fermier est tombé dans un puits.
L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures,
et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il
a décidé que l'animal était vieux et le puits devait
disparaître de toute façon, ce n'était pas rentable
pour lui de récupérer l'âne.
Il a invité tous ses voisins à venir et à l'aider.
Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à
enterrer l'âne dans le puits.
Au début, l'âne a réalisé ce qui se produisait
et se mit à crier terriblement.
Puis à la stupéfaction de chacun, il s'est tu.
Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement
regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce
qu'il a vu.
Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui,
l'âne faisait quelque chose de stupéfiant. Il se
secouait pour enlever la terre de son dos et montait
dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à
pelleter sur l'animal, il se secouait et montait dessus.
Bientôt, chacun a été stupéfié que l'âne soit hors du
puits et se mit à trotter!'


bongo 14/01/2010 19:35


Excellent !!!
merci beaucoup : je vais la "publier" :-)
eh eh :-)
bises