Seattle, mai 2005



C'est quelques fois difficile, voire douloureux, de parler de sa vie de célibat, surtout si on ne l'a pas réellement choisie...


Certains pièges nous guettent particulièrement : n'ayant pas beaucoup d'obligations extérieures, on peut très facilement se complaire dans la paresse, ou des activités et plaisirs vains. On peut devenir égocentrique, et « profiter » de la vie de façon complètement égoïste...

On peut aussi devenir envieux ou jaloux...

Mais surtout, il y a des moments où l'on peut ressentir une grande détresse, un intense sentiment de solitude, de la panique - même - en pensant au futur et à notre vieillesse...

On peut avoir une impression d'inutilité, d'échec devant le fait de ne pas pouvoir partager et construire, avec une personne d'élection, quelque chose de beau et de droit sous le regard de Dieu.


« Les voies du Seigneur sont impénétrables », mais si l'on est convaincu de son amour, alors on doit réaliser deux choses : d'une part, que le Seigneur ne veut que notre bonheur dans Sa plénitude, et que d'autre part, on ne peut oublier le Seigneur, on ne peut pas le laisser « en plan ».

A nous aussi il a donné la vie. Nous aussi, célibataires, nous avons pour mission de participer, d'une manière ou d'une autre, à l'avènement du Royaume de Dieu.

On doit donc résister aux tentations, à la peur, au désespoir, dans l'espérance. On doit « avancer », même si, seul, cela semble plus difficile.


Le Seigneur nous demande beaucoup. Il éprouve notre foi, mais il nous donne aussi des grâces toutes particulières, pour peu qu'on apprenne à les reconnaître, et qu'on les recherche.

Il nous donne, en particulier, beaucoup de temps, du temps et de la disponibilité :

du temps pour étudier et le connaître mieux,

du temps pour se recueillir, contempler, le prier, l'adorer,

du temps pour se connaître soi-même, et se préparer pour une éventuelle rencontre avec celui ou celle avec qui l'on pourrait construire une famille,

du temps pour rencontrer et aider les autres, et multiplier les amitiés,

du temps pour voyager et découvrir les merveilles de la terre,

du temps - non pas pour se résigner au célibat - mais pour l'accepter avec toute notre volonté, et pour vivre ce célibat le plus pleinement possible et dans la joie,

et même, pour certains, du temps pour choisir de manière décisive le célibat,

Tout ce temps nous est donné pour mieux aimer le Seigneur.


Etre célibataire peut être la pire des choses si on oublie le Seigneur, mais si l'on s'en remet à lui, alors il peut nous donner la grâce de pouvoir le servir d'une manière toute particulière et privilégiée, et de vivre une vie « simple, belle et droite » - avec des moments douloureux, comme tout un chacun en connaît ici bas, mais aussi plein de joies et d'amour.


Compte sur Yahvé et agis bien,

Habite la terre et vis tranquille,

Mets en Yahvé ta réjouissance :

Il t'accordera plus que les désirs de ton Coeur. (Psaumes 36 : 3-4)


Nous n'avons qu'un chemin, c'est de Le suivre en toute confiance, de toujours revenir vers Lui avec constance, de travailler à toutes les possibilités qui s'offrent à nous d'aimer et de vivre en vérité, même si nos vies semblent moins complètes en comparaison de la vie d'époux et de parents. Nous sommes co-responsables les uns des autres : Il peut nous donner des familles de cœur, une paternité ou une maternité spirituelle...


Même si nous savons que nous comptons pour le Seigneur, et que le Seigneur compte sur nous, quelques fois, nous doutons, nous échouons, nous désespérons... : offrons au Seigneur, avec constance, nos peines et nos joies, nos déceptions et nos succès, nos rencontres et nos surcroîts de grâce. Cherchons tous les jours à grandir, à apprendre, à servir, à nous émerveiller, à être dans l'humilité et l'espérance. Cherchons tous les jours à Le remercier, et à aimer.

Essayons d'être le « sel de la terre » comme Il nous l'a demandé.

(cf Matthieu 5 : 13, ou Marc 9 : 50)


1 Mon fils, si tu prétends servir le Seigneur, prépare-toi à l'épreuve.

2 Fais-toi un coeur droit, arme-toi de courage, ne te laisse pas entraîner, au temps de l'adversité.

3 Attache-toi à lui, ne t'éloigne pas, afin d'être exalté à ton dernier jour.  

4 Tout ce qui t'advient, accepte-le et, dans les vicissitudes de ta pauvre condition, montre-toi patient,

5 car l'or est éprouvé dans le feu, et les élus dans la fournaise de l'humiliation.

6 Mets en Dieu ta confiance et il te viendra en aide, suis droit ton chemin et espère en lui.

7 Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur sa miséricorde, ne vous écartez pas de peur de tomber.

8 Vous qui craignez le Seigneur, ayez confiance en lui, et votre récompense ne saurait faillir.

9 Vous qui craignez le Seigneur, espérez ses bienfaits, la joie éternelle et la miséricorde.

10 Considérez les générations passées et voyez : qui donc, confiant dans le Seigneur, a été confondu ? ou qui, persévérant dans sa crainte, a été abandonné ?

11 Car le Seigneur est compatissant et miséricordieux, il remet les péchés et sauve au jour de la détresse.

 

Sirach 2


=> voir l'article "Célibat"